dimanche 31 janvier 2010

Plein Emploi

Un court-métrage, pour ce dimanche soir, dans une atmosphère (et une palette de couleurs) similaire(s) à Skhizein, que j'avais publié en novembre dernier.
Celui-ci a été primé à Annecy en 2009 (Prix de la Critique Internationale)

Il se pourrait bien que Patricio Plaza (scénariste) et Santiago Bou Grasso (réalisateur) détiennent la solution pour revenir au plein emploi.

Aura-t-on plus d'entrain, le lundi matin?
Pas sûr.


Santiago Bou Grasso, L’Emploi (2008)
Et là, je repense inévitablement à ce type, aujourd'hui, à la sortie du métro Ménilmontant qui usait d'un mégaphone pour proposer aux passants un "manuel de la Révolution". J'aurais bien aimé voir de quoi il s'agissait. Quoiqu'il en soit, avec cet article et les paroles de Silver Mt Zion ci-dessous, la semaine s'annonce sociale et révolutionnaire sur Arise Therefore.

Let's kill first the banker

La sortie prochaine d'un nouvel album de Silver Mt. Zion m'a donné l'occasion d'aller sur le site du groupe. Bien qu'absentes des packagings de leurs premiers albums (en accord avec la ligne artistique du label), les paroles de certains morceaux sont ici présentées, qui plus est avec un artwork soigné.

On y lit des textes au contenu mystico-politique,
avec un penchant anarchiste.



a Silver Mt. Zion - Movie (never made)
he has left us alone but shafts of light sometimes grace the corner of our rooms (Constellation, 2000)
www.tra-la-la-band.com

mercredi 27 janvier 2010

10 ans, 30 albums et une poignée de concerts

Conclusion de cette série d'article, qui aura finalement pris pas mal d'espace en ce mois de Janvier. J'espère que ça ne vous aura pas fait oublier qu'il y a d'autres choses, aussi, sur Arise Therefore. Néanmoins, depuis le début de cette parution par épisode, vous n'avez jamais été aussi nombreux à venir ici... (avec un pic historique le mardi 19 janvier).

Pourqui une conclusion? Tout d'abord, afin de compiler en une seule page les 30 albums énoncés.
D'autre part, parce que ça me permet aussi de glisser une sélection de mes meilleurs concerts de la décennie précédente.

Les albums, donc:



Et leur classement
(sujet à modification dès demain)


Hood - Cold House (2001)
Godspeed You Black Emperor - lift your skinny fists like antennas to heaven (2000)
Songs: Ohia - Ghost Tropic (2000)
Silver Jews - bright Flight (2001)
the Notwist - Neon Golden (2002)
Mendelson - Quelque part (2000)
the Unicorns - Who will cut our hair when we're gone? (2003)
Malajube, Trompe l'oeil (2006)
Minus Story - No Rest for Ghosts (2005)
Grandaddy - the Sophtware Slump (2000)
-
Hood - Outside closer (2005)
Department of Eagles - in Ear Park (2008)
Arab Strap - the red thread (2001)
Florent marchet - Bienvenue à Rio Baril (2008)
Blonde Redhead - Melody of Certain Damaged Lemons (2000)
Bonnie 'prince' Billy - Ease Down the Road (2001)
Okkervil River - Don't Fall in Love with Everyone you see (2002)
the Microphones - the Glow Pt.2 (2001)
Sufjan Stevens - Seven Swans (2004)
Björk - Vespertine (2001)
-
Arcade Fire - Funerals (2004)
Radiohead - Hail to the Thief (2003)
Deltron 3030 - s/t (2000)
Cat Power - You are Free (2003)
Interpol - Turn On the Bright Lights (2002)
Franz Ferdinand - s/t (2004)
At the Drive-in - Relationship of Command (2000)
The Walkmen - Bows and Arrows (2004)
the Robot Ate Me - they ate themselves (2002)
Why? – Elephant Eyelash (2005)

Ca n'aura pas été facile. Tout comme l'exercice du top des concerts.
Ici encore, la subjectivité joue, d'autant plus que l'appréciation d'un concert dépend aussi de facteurs externes à la prestation pure du groupe.

Meilleurs moments live de la décennie, donc, ceux que je serais ravi de pouvoir revivre, là, maintenant, tout de suite, si on me le proposait.

2000
14/5 Papas Fritas @ l'Entrepot, Grenoble
22/5 Catpower + Papas Fritas @ Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand
19/9 Radiohead + Sigur Ros @ Chapiteau, St Denis

Grenoble, là où beaucoup de choses ont commencé
(par le biais d'une association montée pour organiser des concerts)
[Big up à F. de Lyon et à tous ceux qui se reconnaîtront]
D'où cette première date, fondatrice, qui amena certains d'entre nous à faire l'aller-retour à Clermont-Ferrand une semaine plus tard
(feat. Jean-Louis Murat dans le public).


2001
4/8 Bonnie prince Billy @ Club2, Munich
29/11 Hood + Low @ Nouveau Casino
05/12 Herman Düne + Don Nino @ Pez Ner, Lyon

Etonnament, le concert de BpB aura été mon seul à Munich, chose que je ne m'explique pas, aujourd'hui. Je me rappelle simplement avoir manqué là-bas Grandaddy et Gorki's Zygotic Mynci.
Retour en France, pour mon premier concert de Hood, et Herman Düne (c'était leur âge d'or)


2002
5/2 Godspeed You Black Emperor @ CCO, Villeurbanne
12/11 the Walkmen @ Boule Noire
8/12 Daniel Smith, june panic, scout niblett @ Opus Café

Plateau Secretly Canadian, dans un bar improbable sur le canal StMartin (bière à 6 euros), juste au retour des Transmusicales. Une belle soirée, lors de laquelle chacun des artistes avait joué plusieurs fois, tour à tour.
feat. Daniel Smith déguisé en arbre, et June Panic que je rencontrais pour la première fois et qui me laissait une dédicace énigmatique sur mon album "Horror Vacui":

"Dearest of Aymeric's: Thank you for completting the red blood of the room with the opportunity for extending love through and past your direction and inevitably beyond"
Enigmatique, disais-je. Equivoque?
Il faut dire qu'à l'époque, je devais être à peu près le seul fan de June Panic en France.

Godspeed, bien sûr. Ai-je besoin de dire que c'était énoOrme?
J'ai retrouvé il y a peu une note que j'avais utilisée pour Radio Campus Grenoble [Big Up à ALDALF] et sur laquelle j'avais recopié un commentaire lu quelque part sur internet:
"Le concert de GYBE était d'une beauté atroce, massacrante, incapacitante et à la limite du compréhensible. 3 heures de fusion, f????? froide où tout est dépassé, où le coeur se loge dans la boîte crânienne pour vous frapper sans pitié. D'un revers d'archet, de mediator et de baguette, Godspeed rachète toute la médiocrité humaine"

Clairement, le meilleur concert de la décennie (avec celui du 13 mai 2005 au Cabaret Sauvage)
Pour ceux qui auraient (à jamais) manqué ça, vous pouvez vous faire une idée ici (avec toutefois un effort d'extrapolation à partir d'une qualité son+image médiocre).

Je pourrais parler de la classe de Paul Maroon et des cordes vocales d'Hamilton Leithauser des Walkmen, mais j'enchaîne.


2003
25-26-27/6 MO#FO @ Mains d'oeuvre
(feat.Satan's Finger, Daniel Johnston, Red, the Bundles, toby goodshank, mendelson, eugene chadbourne, jeffrey lewis, li-lund, the married monk, wilfried*, herman düne, kimya dawson, the mountain goats, wave pictures)
7/10 Okkervil River @ Guinguette Pirate
10/11 Franz Ferdinand @ Boule Noire

Best Mo#Fo ever (j'en parlais un peu ), pour la programmation et l'ambiance. Okkervil River, pour le concert, l'interview et le resto, et Franz Ferdinand à la boule noire, ca parle de soi-même.


2004
24/4 Hanged up + Polmo Polpo + Elizabeth Anka Vajagic @ Printemps de Bourges
24/4 Prince Po + Tes + Danger Mouse + Sage Francis (non-prophets) + dDamage @ Printemps de Bourges
4/10 !!! @ Maroquinerie

Polmo Polpo, je ne sais pas, il s'était passé un truc, en voyant ce concert dans un théâtre, à peine arrivé a Bourges. Et puis la soirée hip-hop de guedin, le soir même (ça me permet de citer Sage Francis dans ce récapitulatif, à défaut de l'avoir mis dans mon top album)


2005
23/1 Hood @ Café de la Danse
10/3 Arcade Fire @ Nouveau Casino
30/4 Andrew Bird @ Cigale
3/6 Gonzales feat. Jamie Lidell, Mocky et Feist @ Théâtre de la Bastille
18/6 13&god @ Café de la Danse
9/7 Liars @ parc de la villette
14/8 The Polyphonic Spree @ St Malo, ROUTE DU ROCK
26/10 Sufjan stevens et My Brightest Diamond @ Point Ephemere

Une année faste, on dirait. Je ne pouvais laisser de côté aucun de ces concerts. Allez, si je devais n'en retenir que deux: Polyphonic Spree et Sufjan Stevens.


2006
15/3 Katerine + Jérome Minière + Hyperclean @ Astrolabe, Orléans
21/7 Islands @ Maroquinerie
29/9 Hot chip @ Maroquinerie

Ca s'était rudement bien goupillé: Un déplacement professionnel sur deux jours à Orléans, une très belle affiche (complète), un coup de fil, une invite, une très belle soirée pleine d'humour
[feat. B. d'Orléans]


2007
16/10 Malajube @ Maroquinerie
13/11 Vic Chesnutt @ Cigale
Vic Chesnutt, feat. des membres de Godspeed, faut-il le préciser.
Grand Souvenir
.


2008
10/4 Mendelson @ Espace Jemmapes
25/5 Silver Jews @ Point Ephemere
8/6 Sage Francis @ Villette Sonique
9/6 Mt.Eerie @ Mains d'oeuvre
14/8 Foals @ St Malo, ROUTE DU ROCK
15/8 Bowerbirds @ St Malo, ROUTE DU ROCK
Le pire, c'est que je n'en veux même pas à Albin de la Simone de m'avoir mis en retard pour ce concert de Silver Jews.


2009
8/4 Rien @ l'international
26/4 CocoRosie @ L'Usine / Genève
29/10 Clues + Hold your horses @ Glaz'art

J'en parlais ici et .

Notez comme le volume des commentaires s'étiole en cette fin d'article. C'est que ces dates sont récentes et que j'ai déjà dû les évoquer dans ces colonnes.
C'est aussi qu'il est temps de refermer ce bilan des 00's, d'arrêter d'employer aussi souvent la première personne du singulier, et de revenir aux basics d'Arise Therefore.

mardi 26 janvier 2010

Art Nouveau (revival)

Vue à l'exposition "Art Nouveau Revival", dans la partie concernant les années 1970: cette pochette de vinyle, à gauche...
...que je m'empresse de rapprocher de l'album de Baroness, sorti l'an passé
.



Rien ne vaut cependant la référence originale: Mucha
(je suis fan)


Novalis, Sommerabend (Repertoire, 1976)
Baroness, Blue record (Relapse, 2009)
Alphonse Mucha, Printemps (1896)

dimanche 24 janvier 2010

Time line

"La Montagne Magique" était le roman du temps qui s'étire et ralentit, "100 ans de solitude" est celui du temps cyclique. On suit donc sur cette période l'histoire d'une famille (et en toile de fond, celle d'un village) aux multiples descendants, dont les destinées semblent vouées à reproduire celles de leurs aïeux. Le fait que chez les Buendia, les prénoms se transmettent à travers les générations renforce cette impression et ajoute à la confusion. Sans compter que la narration n'est pas toujours linéaire [...]

Si j'établis le parallèle avec le roman de Thomas Mann, c'est que dans les deux cas, l'écriture donne à ressentir la perception du temps que l'histoire elle aussi décrit.


Dernier extrait de ce roman dans ce blog, sans rien à voir à mon introduction.

"C'est le cirque!" s'écria-t-elle.
Au lieu de continuer en direction du châtaignier, le colonel Aureliano Buendia se dirigea lui aussi vers la porte de la rue et se mêla aux curieux qui contemplaient le défilé. Il vit une femme toute costumée d'or sur la nuque d'un éléphant. Il vit un dromadaire mélancolique. Il vit un ours vêtu en femme de Hollande qui marquait le rythme de la fanfare avec une louche et une casserole. Il vit des clowns faire des pirouettes en queue de défilé, et il vit à nouveau le misérable spectacle de sa solitude quand tout fut passé et qu'il ne resta plus rien à voir que la plage lumineuse de la rue, l'air rempli de fourmis volantes et quelques curieux penchés au bord du gouffre de l'incertitude. Il se rendit alors sous le châtaignier, pensant au cirque, et voulut continuer d'y penser tout en urinant, mais il n'en retrouva déjà plus trace dans ses souvenirs. Il rentra la tête dans ses épaules comme les poussins et demeura immobile, le front contre le tronc du châtaignier. La famille ne fut au courant que le lendemain, quand Sainte Sophie de la Piété voulut se rendre au fond du jardin pour vider les ordures et eut son attention attirée par le vol d'urubus qui descendait.

100 ans de Solitude, Gabriel Garcia Marquez (1965)

samedi 23 janvier 2010

10 ans, 30 albums (Part.6)

"10 ans, 30 albums", suite et fin.



Plus grande et forte découverte de ces 10 années, pour moi: Godspeed ! Plus que tout autre, ici, c’est LE disque que j’aimerais pouvoir oublier, puis redécouvrir… pour être (sur)pris à nouveau par ses passages « énoOormes ». Et que dire des concerts ! De quoi être élu meilleur disque de la décennie… ? à moins que ce soit Cold House de Hood, groupe qui figure dans mon trio de tête de tous les temps, depuis les 90s. Un groupe anglais, d'ailleurs, ce qui n’est finalement pas banal dans mes goûts. Outside Closer, leur dernier album mérite également de figurer dans cette sélection, aux côtés de Notwist, et Why ?. Car tout se tient ici : Hood enregistre Cold House avec cLOUDDEAD (=Why?+Dose One+Odd Nosdam), et Notwist devait former plus tard avec ce même Dose One 13&God. Bref…

Hood - Cold House (Domino, 2001)
Hood - Outside closer (Domino, 2005)
Godspeed You Black Emperor - lift your skinny fists like antennas to heaven (Kranky, 2000)
the Notwist - Neon Golden (City Slang, 2002)
Why? – Elephant Eyelash (Anticon, 2005)

Pas de classement, jusqu’à présent. En faut-il réellement un ?
Allez, puisque je publierai tantôt la synthèse de ces 6 parties, je me plierai à l’exercice à cette occasion.
J'en profiterai d'ailleurs pour énumérer mes meilleurs concerts de la décennie.

vendredi 22 janvier 2010

un si pesant passé

En voyant le personnage joué par Viggo Mortensen hier, dans La Route, se débarasser de la dernière photo de sa femme (décédée), afin que son souvenir ne l'affecte pas trop, j'ai pensé à cette chanson de Tante Hortense :

Sur la place d'Espagne
En face de l'écureuil
De la Caisse d'Epargne
Mon portefeuille fut dérobé

Il y avait là-dedans
Quarante-cinq euros
Et ton portrait
Quarante-cinq euros

Ca m'a pas semblé trop
Pour me débarrasser
D'un si pesant passé

Quarante-cinq c'est peu
Pour solde de tout compte
Avec ma vie passée
Ils m'ont même pas pris ma montre

J'aurais depuis longtemps
Déjà dû faire le deuil
De ce portrait dont l'oeil
Me persécutait constamment

Quarante-cinq euros
Et moins de trois secondes
Pour vider un cheval
De ce qui lui fait mal

Trois cent francs de jadis
Franchement c'est gratis

Tante Hortense - La place d'Espagne
Plus cher (les disques biens, 2009)
http://www.myspace.com/tantehortense

www.theroad-movie.com


jeudi 21 janvier 2010

10 ans, 30 albums (Part.5)

10 ans, 30 albums, avant-dernière partie.



Voici maintenant le passage rock. En rediffusant récemment PDA d’Interpol dans mon émission, j’ai réalisé que le son de Turn On the Bright Lights n’avait rien perdu au cours de ces années! Même chose pour the Walkmen et tous leurs albums. Et dire que j’ai failli les oublier… Avant que je m’en aperçoive, à leur place, il y avait le premier album des Strokes (incontournable pour ces dix dernières années. Dans l'absolu. Ca n'est donc pas tout à fait mon propos). Plus nerveux, voire hardcore, At the Drive-in, que j’aurais adoré voir sur scène. Là encore, un groupe qui aurait gagné à ne pas splitter. J’aime aussi Franz Ferdinand, et confesse n’avoir pas du tout anticipé, aux premières écoutes de Darts of Pleasure à la fin de l’été 2003, que ca deviendrait énorme. S’en souviendra-t-on encore en l’an 3030 ? C'est en effet de cette époque que datent les faits relatés par Deltron dans ce brilliant concept album. Deltron, c’est du (abstrakt) hip-hop, il y a Kid Koala aux scratches, Del The Funky Homosapiens au micro, Dan the Automator à la prod, et des featurings comme Damon Albarn, par exemple. Ca préfigure donc le premier album de Gorillaz. Trop peu de hip-hop, ici, j’en suis bien conscient.

Deltron 3030 - s/t (75 Ark, 2000)
The Walkmen - Bows and Arrows (Record Collection, 2004)
At the Drive-in - Relationship of Command (Virgin, 2000)
Franz Ferdinand - s/t (Domino,2004)
Interpol - Turn On the Bright Lights (Matador, 2002)

Demain, les cinq derniers albums !

mercredi 20 janvier 2010

10 ans, 30 albums (Part.4)

Quatrième salve de la série "10 ans, 30 albums".



Montréal Power. Du moins en partie. Avec Arcade Fire, et les québécois de Malajube, qui ont sû rendre la langue française fluide sur des chansons pop comme personne avant eux. Avec surtout the Unicorns, meilleurs représentants de l’indie pop des 00s, trio aussi brilliant que fulgurant, que je regretterai toujours d’avoir raté une certaine semaine d’août 2004, dans une salle improbable de l’Ouest parisien. En 2006, je me consolais avec Islands. En 2009, avec Clues. Proche de tout ce petit monde, en tout cas dans ma discothèque, the Robot Ate Me, disque sans doute le plus méconnu de ma sélection, et Minus Story, qui après un album lo-fi remarquable, a réalisé là l’album parfait. Je réalise avec curiosité que ces groupes partagent dans leurs paroles une thématique récurrente : celle de la maladie et de la mort. Who will cut our hair when we're gone? A part ça, tout va bien.

the Unicorns - Who will cut our hair when we're gone? (Alien8, 2003)
Malajube, Trompe l'oeil (Dare to Care, 2006)
Arcade Fire - Funerals (Merge, 2004)
the Robot Ate Me - they ate themselves (Swim Slowly, 2002)
Minus Story - No Rest for Ghosts (Jagjaguwar, 2005)

(Avant-dernière partie, demain!)

mardi 19 janvier 2010

10 ans, 30 albums (Part.3)

10 ans, 30 albums, troisième partie...



Cette fois, difficile de faire le lien entre ces cinq sorties. Heureusement pour les statistiques, deux albums de 2008 : Department of Eagles, et Florent Marchet. Un choix en français dans le texte qui risque d’en laisser certains perplexes, et pourtant ! Sufjan Stevens, rien à dire, Phil Elvrum et ses Microphones non plus, si ce n’est que ca vaut vraiment là pour toutes ses parutions, souvent situées aux avant-postes de mes classements de fin d’année. The Glow Part.2 est sorti en 2001 (ré-édité récemment). J’ai connu ce groupe, comme quantité d’autres de l’underground folk / post-rock nord-américain, depuis Munich, via un portail (légal) de mp3s gratuits qui s’appelait Epitonic (Your Source for Cutting-Edge Music). Les possibilités d’écoute gratuite n’était pas si courantes, alors… et l’indie, pas aussi bien distribué que maintenant. De là provient mon affection pour le label Secretly Canadian, comptant bien sûr parmi ses signatures majeures Songs: Ohia. Attention, album sombre et minimaliste.

Songs: Ohia - Ghost Tropic (Secretly Canadian, 2000)
Florent marchet - Bienvenue à Rio Baril (barclay, 2008)
Sufjan Stevens - Seven Swans (Sounds Familyre, 2004)
Microphones - the Glow Pt.2 (K, 2001)
Department of Eagles - in Ear Park (2008)
(à suivre)

lundi 18 janvier 2010

La classe de musique

Une mixtape 100% hip-hop, feat. Kanye West, Del tha Funky Homosapiens, Jay-Z, Rihanna, Raekwon, Ghostface Killah, Nas, Gil Scott-Heron et beaucoup d'autres !
Que ceux qui craignent que ça ne leur corresponde pas, se rassurent, les prod font appel à Man Man, Black Heart Procession, dAtA, et Radiohead par trois fois!

L'émission est en ligne ici avec, à gagner, des albums de Felt (Slug+Murs).

10 ans, 30 albums (Part.2)

On est "demain".
10 ans, 30 albums, la suite.



Il y a un moment, dans les années 1990, où je me suis mis à écouter beaucoup de folk (tiret rock). En voici quelques vestiges. Silver Jews, bien sûr, puisqu’un des mes 3 groupes préférés de tous les temps. Et puis, c’est par the Bright Flight que j'ai connu David Berman. Bonnie ‘prince’ Billy, tiens, mon deuxième groupe/artiste préféré. Par contre, c’est après que j’ai commencé à décrocher. Aujourd’hui, je me suis fait à cette idée, et je n’écoute plus le moindre de ses featurings, ni forcément ses nouveaux albums. Don’t Fall in Love with everyone you see, premiers frissons sur Westfall. Un album qu'Okkervil River n'a jamais égalé par la suite. (selon moi, hein). Mendelson, c’était ça ou Personne ne le fera pour nous, sauf que Quelque Part, je peux l’écouter en boucle. Et puis Chan, quand même. Je vous ai déjà dit qu’elle m’avait touché le genou ? (ceci est une private joke) Tiens, j’ai interviewé tout le monde, ici.

Silver Jews - bright Flight (Drag City, 2001)
Mendelson - Quelque part (Lithium, 2000)
Bonnie Prince Billy - Ease Down the Road (Labels, 2001)
Cat Power - You are Free (Matador, 2003)
Okkervil River - Don't Fall in Love with Everyone you see (Jagjaguwar, 2002)
(la suite, demain)

dimanche 17 janvier 2010

10 ans, 30 albums (Part.1)

Voilà enfin ce bilan musical des années 2000.
L’exercice a finalement été beaucoup plus facile que ce à quoi je m’attendais. Il m’a suffit d’énumérer tous les albums durablement marquants pour moi, ceux que je ré-écoute toujours et encore, ceux que j’aimerais beaucoup avoir la chance de pouvoir découvrir à nouveau une première fois, chanson après chanson.

Une fois ceci fait, et après un petit écrèmage, je suis arrivé aux environs de 30. Ca représente une sélection sévère, au regard du nombre d’albums que j’ai pu écouter en 10 ans. Après tout, faire un top 100 se révèle finalement bien moins intéressant.

On comprend que cette sélection n’a aucune portée absolue, sans quoi elle se résumerait sans doute à Animal Collective + Radiohead + Arcade Fire. Elle se revendique comme subjective. Un peu trop presque, puisqu’il est un biais contre lequel je ne peux pas lutter, celui introduit par le manque de recul sur les albums récents.

30 = 10 x 3 ; 30 = 2+7 x 4 = 6 x 5 = 5 x 6.
Le fait que j’aie regroupé ici les albums par cinq n’est dicté que par un pur soucis de mise en page. Ces considérations m'amènent d'ailleurs à publier cet article en plusieurs parties, tout au long de la semaine, contrairement à ce que j'avais initialement envisagé (et annoncé).
Quoiqu'il en soit, inutile de chercher une corrélation éditoriale trop grande entre chacun de ces groupements d'albums.


Ce qui est certain, c’est que l’ordre de lecture ne sera pas le classement final.

Je commence...



Cinq groupes ou artistes déjà connus dans les années 90. Une pensée affective pour Jed the humanoid, une des figures de ce GRAND disque de GrandaddyBlonde Redhead aurait tout aussi bien pu se retrouver ici avec Misery is a Butterfly. Radiohead, et oui, c’est cet album que j’aime le plus, et de loin. Ce disque d’Arab Strap, je me rappelle l’avoir acheté au WOM de Marienplatz à Munich : il m’avait déçu en première écoute (en comparaison de Philophobia), mais non, il est mortel. Ca rappelle qu’Aidan Moffat et Malcolm Middleton n’ont jamais été aussi bon qu’ensemble. Björk, c’est Grenoble 2001, certains titres passaient d’ailleurs souvent sur Radio Campus (90.8FM), au final, c’est le seul album d’elle que je retiens (avec beaucoup d’attachement). A cette époque, je devais encore collectionner minutieusement la moindre de ses photos presse sur internet, ce qui m’apparaît aujourd’hui vaguement inutile.

Grandaddy - the Sophtware Slump (V2, 2000)
Björk - Vespertine (Elektra, 2001)
Arab Strap - the red thread (Matador, 2001)
Blonde Redhead - Melody of Certain Damaged Lemons (Touch & Go, 2000)
Radiohead - Hail to the Thief (Parlophone, 2003)
(à suivre, demain)

vendredi 15 janvier 2010

Teasing


Ici...
dimanche...
ma sélection des 30 meilleurs albums des années 2000.

(en attendant, rdv également Samedi, pour Top Tape Vol.9 Saison 2)
(19h, 93.9FM)

mardi 12 janvier 2010

C'mon Miracle

Arnaud Fleurent-Didier m'a posé un lapin.

Il aurait dû jouer ce lundi soir (et demain) en première partie de Air au Casino de Paris, mais sa participation a été annulée.
J'en rajoute, certes, car en vrai, j'avais été prévenu.

Heureusement, d'autres dates sont programmées (*).

Pas de concert à vous raconter, donc, et je me contenterai de consacrer la rubrique (participative) Crossed Covers à son album, la Reproduction.
Après la piscine, la plage.

On y voit Arnaud, de dos, dans une posture rappelant très fortement l'homme de "l'enfant assassin des mouches" de Jean-Claude Vannier.
(notez que la plage s'est bien peuplée, depuis)



Dispositif similaire, pour une compilation d'inédits de Mendelson.



Quelques autres pochettes...
(en attendant vos suggestions)





Arnaud Fleurent Didier, la reproduction (columbia, 2009)
http://www.myspace.com/arnaudfleurentdidier
(*) en concert en Janvier au théâtre le Méry,
en ciné-concert tous les lundi de Février au MK2 Quai-de-Seine


Jean-Claude Vannier, l'enfant assassin des mouches (1972)
Mendelson, Inédits (Rec-Son, 2002)
Mirah, C'mon Miracle (K, 2005)
the Drums, Summertime! (Moshi Moshi, 2009)
????? (from paris), ????? (2007)
the Beach Boys, the warmth of sun (Capitol, 1971)
Washed out, life of leisure (Mexican Summer, 2009)

[Edit: MGMT, oui, ça marche! Merci à b. de Genève,
ainsi que A. de Paris pour cette pochette de Neil Young
]

[Edit2: Et aussi:]





the Soft Pack
, s/t (Cooperative Music, 2010)
Toro y Moi, My Touch (Carpark, 2009)
Delta Spirit, History from below (Universal, 2010)
Mountain Man, Made The Harbor (Partisan, 2010)
bexar bexar, Haralambos (Own records, 2000)
Cotton Jones, Tall Hours in The Glowstream
(Suicide Squeeze, 2010)


dimanche 10 janvier 2010

Arise Therefore

L'année commence, les vacances finissent, et j'ai plein plein de choses à publier sur ce blog. A vrai dire, ma liste s'allonge avec le temps!

En premier lieu, des paroles et extraits de roman à retranscrire, puisque c'est le coeur de ce blog.

Ensuite, il y a les rubriques Crossed Covers et Il ne faut pas confondre pour lesquelles j'ai pas mal de sujets dans les cartons. Je réfléchis en outre à un moyen de mettre à jour les articles déjà créés, pour que les modifications soient visibles. Car chacun de ces articles est vivant, et se complète avec le temps qui passe...

Prochain épisode: Zone de Montagne (4).
Pour ça et pour tout le reste, vos comm' sont les bienvenus !


Enfin, il faut que je parvienne à mettre en forme ma sélection des albums des années 2000! Il y en aura une trentaine.
J'aimerais également me servir de ce blog, pour consigner mes classements des années précédentes, ainsi que la liste (quasi-)exhaustive des concerts auxquels je suis allé, et que j'ai péniblement reconstituée il y a peu. Ce serait pour moi, et ceux qui voudraient jouer à "J'y étais aussi!".
Tout ça va sans doute m'amener à antidater certains articles, ce qui est déontologiquement discutable (quand bien même ce serait signalé à chaque fois).


Voilà ce qui vous attend très prochainement, en 2010. Cette introduction mise à part, le contenu de cet article sera limité. Rien à dire sur "l'Age d'or hollandais" à la Pinacothèque, ni sur "La route" le film puisque je ne suis finalement pas allé le voir.

En revanche, j'ai enregistré une chouette session avec Hold your Horses (un des deux groupes parisiens dont il est souvent question ici [avec General Bye Bye], et qu'il faut absolumment connaître, tellement c'est bien).
C'était un peu galère à sonoriser (guitare x2, basse, chant x2, violon, violoncelle, trompette, percus), mais ca a marché!

Diffusion le 21 février et 14 mars sur Radio Campus Paris
(19h30, 93.9FM)


www.myspace.com/holdyourhorsesparis

Quant à General Bye Bye, ils seront le 12 février en concert au point FMR pour les 5 ans de FM de la radio.
(à noter)
www.myspace.com/generalbyebye

Là, ce soir, j'écoute fredrik et je trouve ça mortel.
A suivre, sans doute dans Top Tape Vol.9 (S2) Samedi !

samedi 9 janvier 2010

L'accablant contre-spectacle des choses en train de cesser d'être

La Route fait parti de ces livres que chaque lecteur est susceptible de recommander à ses amis, de telle sorte que ca devienne un "best-seller". Etant arrivé jusqu'à mes oreilles quasi-simultanément par 3 canaux différents, j'ai donc fini par le lire... deux bonnes années après sa publication, et alors même que le film sortait en salle.
(ce qui laisse imaginer à quel point je suis loin de l'actualité littéraire)



Le livre vaut pour la force de l'atmosphère qu'il décrit et installe, ainsi que pour les interrogations qu'il pose: A quelles règles se tenir, qu'est-ce qui devient acceptable, dans un monde dans lequel l'apocalypse a eu lieu, un monde sans loi où l'humanité est retournée à la barbarie?


Les jours se traînaient sans date ni calendrier. Le long de l'autoroute au loin, de longues files de voitures carbonisées en train de rouiller. Les jantes nues des routes enfoncées dans une boue grise solidifiée de caoutchouc fondu, dans des anneaux de fil métallique noirci. Perchés sur les ressorts nus des sièges, les cadavres incinérés et rapetissés de la taille d'un enfant. Dix mille rêves dans le sépulcre de leur coeurs passés au gril. Ils continuaient. Marchant sur le monde mort comme des rats tournants sur une roue. Les nuits d'une quiétude de mort plus mortellement noires. Si froides. Ils parlaient à peine. Il toussait sans cesse et le petit regardait cracher du sang. Marcher le dos voûté. Sale, en haillons, sans espoir. Il s'arrêtait et s'appuyait contre le caddie et le petit continuait puis s'arrêtait et se retournait et l'homme levait les yeux en pleurant et le voyait là debout sur la route qui le regardait du fond d'on ne sait quel inconcevable avenir, étincelant dans ce désert comme un tabernacle.

La route traversait un marécage desséché où des tuyaux de glace sortait tout droits de la boue gelée, pareils à des formations dans une grotte. Les restes d'un ancien feu au bord de la route. Au-delà une longue levée de ciment. Un marais d'eau morte. Des arbres morts émergeant de l'eau grise auxquels s'accrochait une mousse de tourbière grise et fossile. Les soyeuses retombées de cendre contre la bordure. Il s'appuyait au ciment rugueux du parapet. Peut-être que dans la destruction du monde il serait enfin possible de voir comment il était fait. Les océans, les montagnes. L'accablant contre-spectacle des choses en train de cesser d'être. L'absolue désolation, hydropique et froidement temporelle. Le silence.


La route, Cormac McCarthy (2007)
www.theroad-movie.com

A la lecture de tels passages, comment ne pas s'imaginer, par ces jours froids et brumeux, où la neige volette comme des cendres, et recouvre arbres, voitures et mobilier urbain, sur La Route?

jeudi 7 janvier 2010

Zone de Montagne (3)

Quelque part dans le Valais...






the Never Ending Trip

Top Tape Vol.8 (du 2 janvier) est en ligne, ici.
On y parlait pas mal de 2010, avec notamment les albums de Midlake, Laura Veirs, Los Campesinos, Album Leaf, Beach House...

Des nouveautés d'autant plus fraîches que l'émission a été enregistrée Jeudi 30/12, juste avant mon départ pour la Suisse, dans un studio en hibernation le temps des vacances, et que je publie cet article de retour chez moi, où règne une température ambiante de 7°C.

Bonne écoute !

vendredi 1 janvier 2010

Happy New Year

,

voici une chanson de Camera Obscura, que j'avais déjà utilisée il y a quelques saisons, dans une émission précédente (Plug&Play), afin d'entamer l'année. En voici les paroles.
Je ne suis pas vraiment à Paris au moment où ces lignes paraissent, mais je me joins tout de même à ce groupe écossais pour vous souhaiter une très belle année 2o1o!

Did the ironing in a cowboy hat
Felt as fresh as the paint in this new flat
I will never tell you what to do
Have ambition simply to see things through

Did you know I could be a lot of fun
I'm aware that friendship can die young
As the glow from the street light bled
Down the Langlands Road we set off the best of friends

I know where I stand
I don't need you to hold my hand

Well, I've tried to get along with you
I have asked myself “What are we gonna do?”
I'm coming round to take a stand
Going to put us together with glue or an elastic band

I know where I stand
I don't need you to hold my hand

I am softer than my face would suggest
At times like these I'm at my lowest ebb
Now I can confide in you
If I cry to set the mood oh please could you cry too

Happy New Year
You are my only vice
Happy New Year
What if we compromised?
Happy New Year
I am open

Do you have to wear a frown like that?
You could have hit me with a baseball bat

Do you want to? (Yes I do)
Do you have to? (So do you)
Do you want to? (So do you)

Camera Obscura, Happy New Year
Biggest Bluest Hi-Fi (Merge, 2002)
www.myspace.com/cameraobscuraband