mardi 30 décembre 2008

What's left?



...and when I talked to my friends
and found out that you're having fun,
that you're swallowing life, that you're in the sun,
that you're fucking around,
that you're growing a new one...
I bellow out my voice, I yell out loud,
I have my shirt off in front of a crowd.
I tell them about you, and how you're gone, you're
gone, you're gone, you're gone, you're gone, you're
gone, you're gone, you're gone, you're gone, you're
gone, you're gone, you're gone, you're gone, you're
gone, you're gone, you're gone, you're gone, you're
gone, you're gone, you're gone, you're gone, you're
gone, you're gone, you're gone, you're gone, you're
gone, you're gone, you're gone, you're gone,
But am I lying?
Don't I have you in my mind the entire time?
Yes, I can leave all the places we went
but I can't leave without my bones you bent
so hobble along and now it's me who's gone.
Now it's me who has your fear of opening hearts
and all the false starts
We could near hope again
with this deep gouging biting back
with the way you get all my friends in the sack
"What's left?" I scream as I look up at night
where the novelty has totally worn off of moonlight
"Who cares?" and I roll on the ground
"What gives?" and there's no answering sound
and there's nobody around
and then my answer was found.

Mt. Eerie - Moon Sequel
Dawn (P.W. Elverum & Sun, 2008)
www.pwelverumandsun.com

dimanche 28 décembre 2008

2oo8, un palmarès

La dernière émission (de 2oo8) est en ligne : c'est un peu comme si j'avais fait sur CD une compile Best Of de fin d'année, sauf qu'en plus, elle passe à la radio. Vu qu'évidemment, je n'ai pas pu ni tout mettre, ni tout dire, j'en profite pour glisser dans le même temps mon top 2008 en version papier. N'hésitez pas à faire part du votre : certains d'entre vous l'ont déjà fait sur la page de l'émission.

Albums
Department of Eagles - In Ear Park (4AD / Beggars)
Evangelicals - the Evening Descends (Dead Oceans / Differ’ant)
Florent Marchet, Arnaud Cathrine - Frère Animal (Verticales)
Prolyphic & Reanimator - the Ugly Truth (SFR ; import)
the Pharmacy - Choose yr own adventure (DSBR ; import)
-
the Notwist - the Devil, You + Me (City Slang / Cooperative)
the Black Keys - Attack & Release (None Such / Cooperative)
Mt Eerie - Dawn / Lost wisdom (P.W. Elverum & sun / import)
Hot Chip - Made in the Dark (EMI)
Alain Bashung - Bleu Pétrole (Barclay / Universal)

Sans oublier :
Glorytellers - s/t (Southern / Differ’ant)
Crystal Castles - s/t (Last Gang / PIAS)
the Walkmen - You & Me (Talitres / Differ’ant)
Girls in Hawaii - Plan your escape (62 TV / Naive)
Love is all - a hundred things… (What’s your Rupture / import)
Hospital ships - Oh, ramona (Graveface records / import)
Ratatat - LP3 (XL / Beggars)
Francoiz Breut - à l’aveuglette (T-Rec / PIAS)
B.Fleischmann - angst is not a Weltanschauung (Morr / La baleine)
Ludo Pin - s/t (Discograph)
Psykick Lyrikah
- Vu d’ici (idwet / La baleine)
Uzi & Ari - Headworms (Own records / Differ’ant)
Fleet foxes - s/t (Bella Union / Cooperative Music)
Tribeqa - s/t (underdog records)
the Declining winter - goodbye minnesota (Rusted Rail / import)
immune - Not Until Morning (Eglantine records)


Singles / EP :
Oh no Oh My - Be a star [import] ; Estelle (feat. Kanye West) American Boy (remix by Danger) ; MGMT - Kids ; the Pains of Being Pure at Heart - Young Adult Friction [import] ; Passion Pit - Chunk of Change EP [import] ; Beck - Modern Guilt ; Santo Gold - Say Aha ; Bell - Bell EP [import] ; Kid Sister - Family Reunion; Yeasayer - 2080 ; the Ting Tings - Great DJ ; the Pica Beats - Poor Old Ra


Concerts :
the Walkmen @ Maroquinerie
Bodies of Water @ Maroquinerie [lien interne]
Foals @ Route du Rock [lien interne]
Phil Elvrum @ Mains d’oeuvres
Black Lips @ Maroquinerie
Sunset Rubdown @ Villette Sonique
Sage Francis @ Villette Sonique
Frère Animal @ Café de la Danse
Silver Jews @ Point Ephémère [lien interne]
Epic @ 21 Sound Bar
the Wave Pictures @ Café de la Danse [lien interne]
Bowerbirds @ Route du Rock
the New Year @ Mains d’oeuvres
Department of Eagles @ Maroquinerie
My Brightest Diamond @ Maroquinerie
the Notwist @ Maroquinerie
Mendelson @ Point Ephémère [lien interne]


mercredi 24 décembre 2008

White Christmas

Joyeux Noël !
avec des flocons...


Puis-je vraiment avec (seulement) 2 pochettes dire que j'alimente la rubrique 'crossed covers' de ce blog? Allez, disons oui. D'une part parce qu'il suffit d'être deux pour dialoguer. D'autre part parce que c'est une rubrique participative, destinée à être complétée par vous, amis lecteurs.

J'en profite pour glisser que cette pochette de Weezer reprend une estampe d'Ichiryusai Hiroshige (1797-1858), contemporain d'Hokusaï. Elle est extraite de la série des "53 étapes de la route du Tokaido", route reliant Kyoto à Edo.
(cf. l'original ici, par exemple)


Low - Christmas EP (Tugboat, 1999)
Weezer - Pinkerton (Geffen, 1996)
Ichiryusai Hiroshige - Kambara: Night Snow (1933/34)

[Edit : C'est encore un peu Noël, avec Glasvegas. En plus urbain, mais avec un dessin de même composition spatiale, il y a l'album des Vivian Girls]


Vivian Girls - s/t (In the Red, 2008)
Glass Vegas - s/t (Columbia, 2008)

Radar Bros, Eight (Merge, 2013)

dimanche 21 décembre 2008

Walk through a cloud

Pas de texte, aujourd'hui, mais une chanson, extraite d'un album qui m'a permis de passer avec beaucoup de détachement l'épreuve du boulevard Haussmann, puis de la rue de Rivoli, le dimanche précédent Noël.

[Edit: Player Removed]

the Donkeys - Dolphin Center
Living on the other side (Dead Oceans, 2008)
www.myspace.com/thedonkeys

samedi 20 décembre 2008

Downy bearded isolation


I was listening to Will Oldham,
And he sings this line,
'When you live like a hermit
You forget what you know',
And I am once more in constant solitude,
And I'm remembering more now than ever.
There's a lot to be said for downy bearded isolation.

I was listening to the voices
That offuscate my head;
And I live still like a hermit,
And drink like the snow,
And my thoughts scatter like birds upon the hill.
But if I disappear forever,
There's something I have left
For those with ears to listen or the heart to care.
Yes, 'You will miss me when I burn'

Misophone - Goodbye
Be glad you're only human (Kning disk, 2008)
www.myspace.com/misophone

Palace Music - New Partner
Viva last blues (Drag City, 1995)

Palace Brothers
- You will miss me when I burn
Days in the wake (Drag City, 1994)

dimanche 14 décembre 2008

Suit the action to the word, the word to the action

Il y a, dans Hamlet, cette scène de la pièce dans la pièce. Hamlet s'apprête à faire jouer devant son oncle (le nouveau Roi) l'histoire du meurtre de son père. "J'ai oüi dire que des créatures coupables, assistant à une pièce de théatre, ont, par l'action seule de la scène, été frappées dans l'âme, au point que sur le champ, elles ont révélé leurs forfaits."
Avant la représentation, il s'adresse aux comédiens, dispense ses recommandations
et donne sa vision du jeu "juste"
(Acte III, Scène 2)

[version française ci-dessous]

Be not too tame neither, but let your own discretion be your tutor: suit the action to the word, the word to the action; with this special observance, that you overstep not the modesty of nature: for any thing so overdone is from the purpose of playing, whose end, both at the first and now, was and is, to hold the mirror up to nature; to show virtue her own feature, scorn her own image, and the very age and body of the time his form and pressure. Now this overdone, or come tardy off, though it make the unskilful laugh, cannot but make the judicious grieve; the censure of the which one must in your allowance overweigh a whole theatre of others. O, there be players that I have seen play, and heard others praise, and that highly, not to speak it profanely, that, neither having the accent of Christians nor the gait of Christian, pagan, nor man, have so strutted and bellowed that I have thought some of nature's journeymen had made men and not made them well, they imitated humanity so abominably.
And let those that play your clowns speak no more than is set down for them; for there be of them that will themselves laugh, to set on some quantity of barren spectators to laugh too; though, in the mean time, some necessary question of the play be then to be considered: that's villanous, and shows a most pitiful ambition in the fool that uses it. Go, make you ready.

S'en suivra la représentation...


William Shakespeare - Hamlet (1602)
Abbey Edwin Austin - The Play Scene in "Hamlet" (1897)

[Version française, selon la traduction d'André Markowicz]

Ne soyez pas trop timorés, laissez votre jugement vous diriger. Faites concorder l'action et la parole, la parole et l'action, avec une attention particulière, celle de ne pas outrepasser la modestie de la nature ; car tout ce qui surjoue ainsi s'éloigne du propos du théâtre, dont la seule fin, du premier jour jusqu'au jour d'aujourd'hui, reste de présenter comme un miroir à la nature ; de montrer son visage à la vertu, sa propre image au ridicule : au corps et à l'âge même du temps, sa forme et son reflet. Mais surjouer ou jouer trop faible, même si cela fait rire les ignorants, ne pourra qu'affliger les hommes de goût, dont l'opinion d'un seul doit avoir plus de poids pour vous que celle d'une salle entière. Oh, j'ai vu jouer des acteurs qui, je le dis sans blasphème, n'avaient ni l'accent, ni l'allure de chrétiens, de païens, d'êtres humains, et qui beuglaient et plastronnaient si fort que je les imaginais créés par je ne sais quels manouvriers de la nature, et créés de travers, tant leur imitation de l'homme était abominable. Et que ceux parmi vous qui jouent les bouffons n'en disent pas plus que leur rôle écrit, car j'en connais qui rient tout seuls pour entraîner le rire de quelques spectateurs pauvres d'esprit au moment même ou telle ou telle question cruciale de la pièce se trouve en jeu. C'est une chose vile qui montre la plus pitoyable des ambitions chez le fou qui s'en sert. Allez vous préparer.

mardi 2 décembre 2008

Plug & Play @ 24 images/s



Hier, j'ai assisté à la première projection de presse de ma vie ! Rendez-vous en clientèle l'après-midi à La Défense, puis hop, un métro pour rejoindre le club marbeuf et ses fauteuils rouges très confortables, dans le VIIIe, tout prêt des Champs. Etait projeté ce jour là, Lino, un film réalisé par Jean-Louis Milesi, entre autres scénariste depuis une quinzaine d'année de Guédiguian.

Pourquoi ce film, et cette projection? Il y a deux ans maintenant, Jean-Louis Milesi a contacté Radio Campus Paris, afin d'avoir l'autorisation d'utiliser le son de l'émission
Plug & Play dans son film... La chose est aujourd'hui faite,
(feu) Plug & Play au générique, et le film distribué en France puisqu'il sortira le 28 janvier en salle.

Il est tôt pour parler du film, rendez-vous courant Janvier !

Jean-Louis Milesi, Lino (2009)
www.lino-lefilm.com

lundi 1 décembre 2008

Together or Apart

Well you're my friend
(It's what you told me)
And can you see
(What's inside of me)
Many times
We've been out drinking
And many times
We've shared our thoughts
But did you ever, ever notice
The kind of thoughts I got
Well you know I have a love
A love for everyone I know
And you know I have a drive
To live I won't let go
But can you see it's opposition
Comes a-rising up sometimes
That it's dreadful and position
Comes blacking in my mind

And that I see a darkness
And that I see a darkness
And that I see a darkness
And that I see a darkness
And did you know how much I love you
Is a hope that somehow you you
Can save me from this darkness

Well I hope that someday, buddy
We have peace in our lives
Together or apart
Alone or with our wives
That we can stop our whoring
And pull the smiles inside
And light it up forever
And never go to sleep
My best unbeaten brother
This isn't all I see

O no I see a darkness
O no I see a darkness
O no I see a darkness
O no I see a darkness
And did you know how much I love you
Is a hope that somehow you you
Can save me from this darkness


bonnie 'prince' billy - I see a darkness
I see a darkness (Domino, 1999)


Angst Is not a Weltanschauung


Top Tape Vol.5 est en ligne, et comme d'habitude,
c'est disponible
ici !

Pour une fois, je vais également mentionner les sessions acoustiques dont je m'occupe par ailleurs: Je viens de mettre en ligne celle de David Grubbs. Mais l'intérêt ici est moins la session en elle-même que l'interview. David Grubbs est en effet l'un de ceux par qui le post-rock est arrivé (à Chicago, au début des 90s). On peut donc l'entendre évoquer John McEntire (Tortoise), Jim O'Rourke, Will Oldham, Slint, à une époque ou aucun d'eux n'était connu...

vendredi 28 novembre 2008

Dieu est mort

Comme promis, je reviens sur ma lecture des Possédés. Sur un plan formel, il est difficile d'extraire des passages des romans de Dostoïevski qui synthétisent à eux seul une pensée, puisque l'auteur prend rarement la parole, et que la force de la narration tient à l'évolution des états psychologiques des personnages. Seule une analyse permet de retirer les idées et questions maîtresses. Je me servirai donc ici du chapitre que consacre Albert Camus à ce roman dans le Mythe de Sisyphe.

Tous les héros de Dostoïevski s'interrogent sur le sens de la vie. C'est en cela qu'ils sont modernes : ils ne craignent pas le ridicule. Ce qui distingue la sensibilité moderne de la sensibilité classique, c'est que celle-ci se nourrit de problèmes moraux et celle-là de problèmes métaphysiques. Dans les romans de Dostoïevski, la question est posée avec une telle intensité qu'elle ne peut engager que des solutions extrêmes. L'existence est mensongère ou elle est éternelle. Si Dostoïevski se contentait de cet examen, il serait philosophe. Mais il illustre les conséquences que ces jeux de l'esprit peuvent avoir dans une vie d'homme et c'est en cela qu'il est artiste. Parmi ces conséquences, c'est la dernières qui le retient, celle que lui-même dans le Journal d'un Ecrivain appelle suicide logique. Dans les livraisons de décembre 1978, en effet, il imagine le raisonnement du "suicide logique". Persuadé que l'existence humaine est une parfaite absurdité pour qui n'a pas la foi en l'immortalité, le désespéré en arrive [à la] conclusion suivante:
"[...] je condamne cette nature qui, avec un si impudent sans-gêne, m'a fait naître pour souffrir - je la condamne à être anéantie avec moi."

[...] Le même thème s'incarne avec la plus admirable ampleur, chez Kirilov, personnage des Possédés.

J'aime chez Dostoïevski le caractère outrancier ou théâtral des réactions des personnages qu'il dépeint. Telle parole ou révélation provoquera une crise ou maladie prolongée,
telle discussion vire à l'affrontement, lors duquel les regards, gestes et silence en disent long (je pense à la confrontation entre Raskalnikov et le détective dans Crime et Châtiment, ou, dans L'Idiot, à l'ultime rencontre entre les deux grandes figures féminines du roman):

Nastassia Philippovna les attendait dans la première pièce. Elle aussi était habillée avec la plus grande simplicité, tout en noir. Elle se leva pour venir à leur rencontre, mais ne sourit pas et ne tendit même pas la main au prince. Son regard inquiet se fixa avec impatience sur Aglaia. Elles s'assirent à distance l'une de l'autre. Aglaia sur le divan, dans un coin de la pièce, Nastassia Philippovna près de la fenêtre. Le prince et Rogojine restèrent debout; personne ne les invita d'ailleurs à s'asseoir. Le prince considéra de nouveau Rogojine avec une perplexité à laquelle se mêlait un sentiment de souffrance, mais celui-ci gardait aux lèvres le même sourire.

Enfin un nuage sinistre passa sur la physionomie de Nastassia Philippovna : son regard, toujours fixé sur la visiteuse, prit une expression d'entêtement, de dureté, presque de haine. Aglaia était visiblement troublée, mais non intimidée. En entrant, elle avait à peine jeté un coup d'oeil sur sa rivale et, les paupières baissées, dans une attitude d'attente, elle semblait réfléchir. A une ou deux reprises et pour ainsi dire par inadvertance, elle parcourut la pièce du regard; son visage refléta le dégoût comme si elle eût craint de se salir en un pareil lieu. Elle ajusta machinalement sa robe et changea même une fois de place d'un air inquiet pour se rapprocher. Il était douteux qu'elle eût conscience de tous ses mouvements, mais, pour être instinctifs, ceux-ci n'en étaient que plus blessants. Enfin elle se décida à affronter avec fermeté le regard fulgurant de Nastassia Philippovna, où sur le champ elle lut clairement la haine d'une rivale. La femme comprit la femme. Elle frissonna

J'aime aussi la noirceur qui entoure certains personnages tourmentés (Rogojine, Raskolnikov, Stravoguine, ...). L'outrance réside ici dans la manière dont les interrogations existentielles peuvent infléchir des destinées. Au sujet des Frères Karamasov, Dostoïevski écrivait : "La question principale qui sera poursuivie dans toutes les parties de ce livre est celle même dont j'ai souffert consciemment ou inconsciemment toute ma vie : l'existence de Dieu".
Ni plus, ni moins.

Ceci me permet de revenir à Kirilov, que l'on croise à plusieurs reprise au cours des Possédés. Il est partisan du suicide logique, comme le dit Camus. Il n'est donc pas ici question du suicide par désespoir, mais par raison. Je trouve intéressant que des questions sur lesquelles nous ne nous arrêtons pas, ou plus exactement qui ne nous arrêtent pas, puissent à ce point être prépondérantes pour d'autres individus, en une autre époque.

- Dieu est indispensable, et par conséquent, il doit exister
- Eh bien, c'est parfait
- Mais je sais qu'Il n'existe pas et ne peut exister
- C'est plus probable
- Est-il possible que tu ne comprennes pas que quelqu'un qui a ces deux pensées ne peut rester en vie?

Kirilov souhaite donc prouver (au reste de l'humanité) que Dieu n'existe pas. Il va affirmer sa volonté propre, nier toute volonté Supérieure, et se tuer, car c'est son idée. Ce suicide revêt également une dimension pédagogique.
Je tais ici volontairement les autres aspects de sa pensée, les contradictions qu'on pourra y trouver, pour les laisser découvrir au lecteur.


J'ai le devoir d'affirmer mon incroyance, dit Kirilov en arpentant toujours la chambre. Pour moi, il n'est rien de plus haut que l'idée que Dieu n'existe pas. J'ai pour moi l'histoire de l'humanité. L'homme n'a fait qu'inventer Dieu pour vivre sans se tuer; toute l'histoire universelle jusqu'à présent est là. Moi seul, pour la première fois dans l'histoire universelle, je n'ai pas voulu inventer Dieu. Qu'on le sache une fois pour toute.

Fédor Dostoïevski, Les Possédés (1872)
Albert Camus, le mythe de sisyphe (1942)


dimanche 23 novembre 2008

I'm not in love with the modern world

Grande absente du concert de Wolf Parade,
ce soir, au Trabendo : Modern World


I'm not in love with the modern world
It was a torch driving the savages back to the trees

Modern world has more ways
And I don't mention it since it's changed
While the people go out and the people come home again

It's gotta last to build up your eyes
And a lifetime of red skies
And from my bed saying you're haunted, hissing in my bed
Modern world don't ask why
Cause modern world will build things high
Now they house canyons filled with life

Modern world i'm not pleased to meet you
You just bring me down
...


Dans le même esprit, très "développement durable", on peut également citer cette chanson de Modest Mouse :


When I can work out how it was
Then I'll tell you
TV stained my memories, yeah
I don't fit the shoes...

Remember through sounds
Remember through smells
Remember through colors
Remember through towns
With fear and fascination
On what was here
And what's replacing them now

Interchange plaza malls
And crowded chain restaurants
More housing developments go up
Named after the things they replace

So welcome to Minnow Brook
And welcome to Shady Space
And it all seems a little abrupt
No I don't like this change of pace


Modest Mouse - Novocain Stain
This Is a Long Drive for Someone with Nothing to Think About (Up, 1996)
www.myspace.com/modestmouse

Wolf Parade - Modern World
Apologies To The Queen Mary (Sub Pop, 2004)
www.myspace.com/wolfparade

La révolution

A la question : pourquoi avaient été commis tant de meurtres, de scandales et d'infamies, il répondit avec une précipitation passionnée que c'était "pour l'ébranlement systématique de tous les fondements, la décomposition systématique de la société et de tous les principes ; pour décourager tout le monde, faire de tout un gâchis, et prendre soudain en main la société ainsi ébranlée, débile et amollie, cynique et incroyante, mais qui aspire ardemment à quelque idée directrice et à sa propre conservation, cela en levant l'étendard de la révolte et en s'appuyant sur un tout nouveau réseau de groupes de cinq qui pendant ce temps auraient agi, recruté des membres et cherché dans la pratique toutes les possibilités et tous les points faibles auxquels s'attaquer"

Fédor Dostoïevski, Les Possédés (1872)


Le sujet exposé ici relève seulement du contexte dans lequel se déroule le roman de Dostoïevski. Le passage entre guillemets reprend d'ailleurs un de ces tracts qui volettent en de nombreuses pages. Je tâcherai d'effleurer par un extrait les questions existentielles avec lesquelles l'écrivain se débat un peu plus tard...

jeudi 20 novembre 2008

Capitales




MGMT - Kids (Columbia, 2008)
Franz Ferdinand (home page de www.franzferdinand.co.uk)
James + Brian Eno - Wah Wah (Polygram, 1994)

J'attends de voir la pochette du prochain album de Franz Ferdinand ! Si elle est dans la lignée des précédentes, je ferai alors peut-être un article établissant le paralèlle avec le Constructivisme russe (même si ça a déjà été fait).

[Edit : Dans un feeling plus "métallique" que "papier canson", j'ajoute à cette série la pochette de
l'album BO d'Agoria, comme bEN me le propose]




Agoria
- Go Fast (PIAS, 2008)

dimanche 16 novembre 2008

Beating Back the Claws of the Cold



J'ai oublié de vous dire que le Vol.4 était en ligne..!
Le Vol.3 est toujours disponible, d'ailleurs, Ecrans.fr (le site media/internet de liberation.fr) en a parlé, c'est cool ! C'était dans la rubrique
vu sur le www (que je recommande par ailleurs, surtout après la pause déjeuner, au boulot)

Sinon, je passe des disques ce lundi soir à la Flèche d'Or, dans le cadre de la soirée Live So Pop! feat. Oh No! Oh My!, My little Cheap Dictaphone, Vandaveer...

Premier interplateau : 21h05

vendredi 14 novembre 2008

On pourra toujours refuser
de devenir les premiers ou les derniers


Tous ces beaux jeux inventés
Pour passer devant les premiers
Pour que chacun soit écrasé
S’il refuse encore de plier
Les dégâts, les excès
Ils vont vous les faire payer
Les cendres qui resteront
C’est pas eux qui les ramasseront
Mais les esclaves et les cons
Qui n’auront pas pas su dire non

Nous on n’veut pas être des gagnants
Mais on acceptera jamais d’être des perdants

Pimprenelle et Nicolas
Vous nous endormez comme ça
Le marchand de sable est passé
Nous on garde un oeil éveillé
O la peur, ô le vide
O la victoire des avides
Faut pas bouger une oreille
Toutes sortes de chiens nous surveillent
Pas un geste, une esquisse
Sinon on tourne la vis
Nous on n’a rien à gagner
Mais on ne peut plus perdre puisque c’est déjà fait.

Toi qui viens de loin d’ici
Avec Ta peau et Tes os
On t’a parlé du paradis
On t’a menti, tout est faux
O mon ami o mon frère tout ce nerf
Perdu pour la guerre
Tu vas voir tout l’amour
Qui traîne au fond du discours

Dis t’en veux des papiers ?
Dis tu l’as vu mon palais ?
T’auras rien, c’est ainsi
C’est pas fait pour les perdants, le paradis

Il y a la chair à canon
Il y a la chair à spéculation
Il y a la chair à publicité
Enfin y’a tout ce que vous aimez
Vous et moi on le sait
Le spectacle est terminé
Pourtant c’était presque idéal
C’était loin du féodal
Oh maint’nant c’est foutu
Ça fait joli dans ton...
Fort intérieur c’est gênant
De rejoindre comme ça la cohorte des perdants

Il faut pas se faire d’illusions
Mais c’est mieux debout pour l’action
Et pour nos âmes, c’est égal
Dieu n’est pas dans la bataille
O messieurs les décideurs
De toutes parts, de tous côtés
Sachez que profond dans nos coeurs
On n’arrête pas le progrès
Sous l’Iris, sous la peau
Sous les ongles et dans l’étau
On pourra toujours refuser
De devenir les premiers ou les derniers

Pas de leaders triomphants
On s’ra jamais des gagnants ni des perdants

Noir désir - Gagnants / Perdants (Bonne nuit les petits)
unreleased, 2008

samedi 8 novembre 2008

l'injustice humaine

Un jeudi soir, à la Cartoucherie (théâtre de la Tempête)... J'aime vraiment cet endroit, je vais tâcher d'y retourner plus souvent. Sachant que l'été, c'est encore plus agréable. La dernière fois, c'était pour Oncle Vania (Tchekhov, déjà), cette fois, pour Ivanov: Une pièce que j'aurais sans doute péniblement subie à 15 ans, mais que j'ai suivie ici avec attention, de bout en bout


ANNA rit.
« Les fleurs reviennent à chaque printemps, mais les joies non. » Qui m'a dit cette phrase ? Je ne sais plus, ça va me revenir… Peut-être est-ce Nicolas [Ivanov, ndlr] qui me l'a dite. Elle tend l'oreille. Encore la hulotte qui hulule !

LVOV.
Qu'elle hulule.

ANNA.
Je commence à penser, docteur, que le destin m'a trahie. Il y a beaucoup de gens, qui, comparés à moi, ne sont pas meilleurs, mais qui sont heureux sans avoir rien à payer pour leur bonheur. Moi, j'ai payé pour tout, pour tout sans exception!... Et très cher ! Pourquoi me faire payer, en plus, des intérêts exorbitants ?... Vous êtes si prudent avec moi, si délicat, vous craignez de me dire la vérité ; croyez-vous que j'ignore de quoi je suis malade ? Je le sais parfaitement. D'ailleurs, c'est très ennuyeux d'en parler… En prenant l'accent juif. Je vous demande pardon ! Avez-vous le don de raconter des histoires ?

LVOV.
Je ne suis pas doué pour ça.



ANNA.
Nicolas, lui, a ce don. Ce qui m'étonne, c'est l'injustice humaine : qu'on ne réponde pas à l'amour par l'amour… la vérité payée par le mensonge. Vous pouvez me dire jusqu'à quand mon père et ma mère vont me haïr ? Ils habitent à cinquante kilomètres d'ici, mais jour et nuit, même dans mon sommeil, je sens leur haine. Et puis, d'où vient cette angoisse de Nicolas? Il dit que c'est seulement le soir qu'il ne m'aime pas, quand l'angoisse le prend. Admettons, je peux le comprendre ; mais, imaginez qu'il ne m'aime plus du tout ! Bien sûr, c'est impossible, mais si c'était quand même… Non, non il ne faut surtout pas y penser. Elle chante. « Mon p'tit serin, où t'étais ? » Je me fais des idées, c'est horrible !.. Vous n'avez pas de famille docteur, il y a beaucoup de choses que vous ne pouvez pas comprendre…

LVOV.
Vous dites que ça vous étonne… Il s'assoit à côté d'elle. Mais moi, c'est vous qui m'étonnez! Expliquez-moi, que je comprenne comment c'est arrivé… vous, intelligente, honnête, presque une sainte, vous laisser arnaquer avec un tel cynisme, vous laisser traîner dans ce nid de hulotte ? Qu'est-ce qui vous retient ici ? Qu'avez-vous de commun avec cet homme froid, sans âme… bon, laissons votre mari !... Mais qu'avez-vous de commun avec cette grisaille qui vous entoure. Bon Dieu !... Ce fou de comte, cette ruine, qui passe son temps à maronner, comme vous dites ; cet aigrefin de Borkine, escroc parmi les escrocs, avec sa sale gueule… Expliquez-moi pourquoi vous êtes là ? Comment vous vous êtes retrouvée là ?...

ANNA rit.
Lui aussi… avant… il parlait de cette façon… Exactement… Seulement ses yeux sont plus grands ; avant, quand il se mettait à parler avec ardeur, ses yeux brillaient comme des braises… Parlez, parlez encore !...

LVOV.
Je parle dans le vide ! Allez, rentrez à la maison…

ANNA.
Vous dites, Nicolas… gna-gna-gna… et ceci cela… mais… qu'est-ce que vous savez de lui ? Peut-on connaître un homme en six mois ? Docteur, c'est un homme remarquable ; dommage que vous ne l'ayez pas connu il y a deux ou trois ans. Il s'est assombri, il se tait, il ne fait plus rien, mais avant… Quel enchantement !... Je suis tombée amoureuse, un coup de foudre. Elle rit. À peine je l'ai vu et la souricière - clac ! Il m'a dit : suis-moi… Et j'ai tout coupé, vous savez, comme on coupe des feuilles mortes avec des ciseaux… et je l'ai suivi … Maintenant ce n'est plus comme avant… Maintenant il va chez Lébédev pour s'amuser avec d'autres femmes et moi… je suis assise dans le parc à écouter la hulotte hululer…
On entend la crécelle du gardien.
Docteur, vous avez des frères ?

LVOV.
Non.
Anna s'effondre en larmes, sanglote.
Mais qu'est-ce qu'il y a ? Qu'avez-vous ?

ANNA.
Je n'en peux plus, docteur, je vais y aller…

LVOV.
Où ça ?

ANNA.
Là-bas, là où il est… J'y vais… Faites atteler les chevaux. Elle court vers la maison.

LVOV.
Non mais, je refuse de dispenser mes soins dans de pareilles conditions ! Déjà on ne me paye pas, pas un sou, mais en plus on me met l'âme sens dessus dessous ! Non, je refuse ! Ça suffit ! Il rentre dans la maison.

Anton Tchekhov, Ivanov (1887)
Jusqu'au 9 novembre au théâtre de la Tempête


dimanche 2 novembre 2008

Le château dans le Ciel

Quand il fait humide, que le mur face à la fenêtre de ma cuisine s'obscurcit peu à peu et que je jette un rapide coup d'oeil, j'ai parfois l'impression de surplomber une mer de nuage, et d'habiter... un château dans le ciel.

samedi 1 novembre 2008

Overpowered Happiness


Goldfrapp - Happiness (Mute, 2008)
Black Cherry (Mute, 2004)
Róisín Murphy - Sow into You (Echo, 2005)
Overpowered (EMI, 2007)

[Alison Goldfrapp]

mardi 28 octobre 2008

Un Dimanche

Dimanche, 14h, pas de promenade digestive, de fin de comatage, de café en terrasse à Aligre, de footing au Bois de Vincennes, de ménage ou de lessive, mais une session avec les Wave Pictures à la radio. Lisa Li-Lund les accompagnait (aah, Lisa...), c'était la bonne surprise! Bref, très chouette moment. Allez, j'en mets un bout ici (car bien entendu, il sera restitué à l'antenne prochainement)



Si les Wave Pictures étaient à Paris, c'est qu'ils y avait été invités par Coming soon dans le cadre de leurs concerts 'Late Season Gathering' au Café de la Danse. Et bien là encore, excellent concert lundi soir, à tel point que ca m'a rappelé certains souvenirs de ce fameux et inoubliable Mo#Fo 2003... D'ailleurs, plutôt que de raconter cette soirée, je vais citer ce que j'avais écrit par mail, alors. Et puis c'est toujours marrant de se confronter à des mots vieux de quelques années.

the WAVE PICTURES
Wahoo, le concert idéal pour finir, c'était génial, ces petits jeunes (18ans) - d'où viennent-ils? Angleterre? - sont impressionnants, beaucoup de gens nous en avaient parlé. Leur musique? je dirais: les Violent Femmes qui reprendraient avec énergie les chansons énergiques des Go-betweens (et quand on parle de Violent Femmes, fatalement, on arrive à certains sons semblables à du Hefner 1ère période). Que des morceaux super péchus pour faire sautiller le public, et tout le monde d'ailleurs, il y a eu cette chanson, l'un des meilleurs moment du festival, où tout le monde s'est ramené, DIHD, AHD, Jack Lewis qui était à fond, Rachel et même Jeffrey (qui n'avait pourtant pas trop la pêche ce soir là) s'est mis à courir partout avec son tambourin, non vraiment, c'était ça la finalité de ce festival, ça que je voulais voir, tout le monde sur la même scène, le public aussi est monté... John Darnielle, avant de partir et en revenant de l'arrière scène, s'est arrêté le temps d'une chanson pour chanter avec eux, sac au dos et housse de guitare a la main...
Alors vraiment si vous voulez enflammer une soirée (à l'Entrepôt par exemple), pensez WAVE PICTURES !


Note : "péchu" était une expression qui avait court à l'époque
Note 2 : Ce récit s'adressait en partie à des Grenoblois, d'où la dernière phrase
Note 3 : On me souffle que les Wave Pictures seront à l'affiche du Mo#Fo 2009?!?

samedi 18 octobre 2008

sur le chemin de rien du tout

Allez, tiens, comme j'avais fait avec La Plaisanterie de Kundera, je reprends Voyage au bout de la nuit, et recopie ici quelques passages, extraits des pages de mon exemplaires marquées d'une corne. Le titre de cet article est une expression commune à Céline et à Mendelson (cf. Le monde disparaît). Je m'en suis rendu compte par hasard, mais pour autant, il m'a toujours semblé évident que le second devait avoir lu le premier.

Ce qu'on entend souvent à propos de Céline, c'est qu'il a marqué un tournant dans la littérature, au point qu'il n'est plus possible d'écrire "après" comme on écrivait "avant"... il faut avoir lu le livre pour concevoir cela. Notamment le dénouement et les dernières phrases prononcées par Robinson. Mais, pas de spoiler, ici, c'est la règle.
-

La vie, c'est une classe dont l'ennui est le pion, il est là tout le temps à vous épier d'ailleurs, il faut avoir l'air d'être occupé, coûte que coûte, à quelque chose de passionnant, autrement il arrive et il vous bouffe le cerveau. Un jour qui n'est rien qu'une simple journée de 24 heures c'est pas tolérable. Ca ne doit être qu'un long plaisir presque insupportable une journée, un long coït une journée, de gré ou de force.

-

il me semblait que je commençais alors à tricher avec mon fameux destin, avec ma raison d'être comme je l'appelais [Molly, ndlr], et je cessai dès lors brusquement de lui raconter tout ce que je pensais. Je retournai tout seul en moi-même, bien content d'être encore plus malheureux qu'autrefois parce que j'avais rapporté dans ma solitude une nouvelle façon de détresse, quelque chose qui ressemblait à du vrai sentiment. [...]

C'est peut-être ça qu'on cherche à travers la vie, rien que cela, le plus grand chagrin possible pour devenir soi-même avant de mourir.

-

"Je vais me tuer!" qu'il me prévenait quand sa peine lui semblait trop grande. Et puis il parvenait tout de même à la porter sa peine un peu plus loin comme un poids trop lourd pour lui, infiniment inutile, peine sur une route où il ne trouvait personne à qui en parler, tellement qu'elle était énorme et multiple. Il n'aurait pas su l'expliquer, c'était une peine qui dépassait son instruction.
Lâche qu'il était, je le savais, et lui aussi, de nature espérant toujours qu'on allait le sauver de la vérité, mais je commençais cependant, d'autre part, à me demander s'il existait quelque part, des gens vraiment lâches... On dirait qu'on peut toujours trouver pour n'importe quel homme une sorte de choses pour laquelle il est prêt à mourir et tout de suite et bien content encore. Seulement son occasion ne se présente pas toujours de mourir joliment, l'occasion qui lui plairait. Alors il s'en va mourir comme il peut, quelque part... Il reste là l'homme sur la terre avec l'air d'un couillon en plus et d'un lâche pour tout le monde, pas convaincu seulement, voilà tout. C'est seulement en apparence la lâcheté.

-

Les choses auxquelles on tenait le plus, vous vous décidez un beau jour à en parler de moins en moins, avec effort quand il faut s'y mettre. On en a bien marre de s'écouter toujours causer... On abrège... On renonce... Ca dure depuis trente ans qu'on cause... On ne tient plus à avoir raison. L'envie vous lâche de garder même la petite place qu'on s'était réservée parmi les plaisirs... On se dégoûte... Il suffit désormais de bouffer un peu, de se faire un peu de chaleur et de dormir le plus qu'on peut sur le chemin de rien du tout. Il faudrait pour reprendre de l'intérêt trouver de nouvelles grimaces à exécuter devant les autres... Mais on n'a plus la force de changer son répertoire. On bredouille. On se cherche bien des trucs et des excuses pour rester là avec eux les copains, mais la mort est là elle aussi, puante, à côté de vous, tout le temps à présent et moins mystérieuse qu'une belote. Vous demeurent seulement précieux les menus chagrins, celui de ne pas avoir trouvé le temps pendant qu'il vivait encore d'aller voir le vieil oncle à Bois-Colombes, dont la petite chanson s'est éteinte à jamais un soir de février. C'est tout ce qu'on a conservé de la vie. Ce petit regret bien atroce, le reste on l'a plus ou moins bien vomi au cours de la route, avec bien des efforts et de la peine. On n'est plus qu'un vieux réverbère à souvenirs au coin d'une rue où il ne passe déjà presque plus personne.


Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit (1932)

mardi 14 octobre 2008

A sense of belonging

Once there was confidence but now there is fear
Once there was laughter but now only tears
Once there were reasons for our optimism
But now we're all drowning in a sea of cynicism

But I hope and I pray in my own naive way
That one day we can reach some sort of understanding
Try a little more sharing
Try a little more giving
Might find a sense of belonging
Might find a sense of belonging

And I know you think I'm young and naive
Because I go on CND marches, well that's my decision
I think that you're the one who's naive
If you believe all the things you see on television
It's all propaganda and like a fool you accept it
And like a fool you ignore it
Why don't you try and stop it
To try and find a sense of belonging

I know you watch "World In Action" and "Panorama"
And to you it's just another soap opera drama, it can't happen here
Have a nice cup of tea and we'll all stay calm
And we'll come to no harm in our nice warm underground shelters
There'll be helter skelter
There'll be babies dying, you'll hear their mothers crying
I've seen the devil smiling, I've seen the devil smiling
Try to find a sense of belonging
A sense of belonging

And you laugh and make jokes about what you will do
When the button is pressed and we hear the four minute warning
And if you think it's funny now wait 'till the bomb goes off
You'll all be in fucking hysterics
You'll see babies dying, you'll hear mothers crying
I'm only asking for one thing
Just want a sense of belonging

No more weapons and no more wars
No more violence
What's it all for anyway?


the Television Personalities - Sense of Belonging
the Painted World (Fire records, 1990)
www.myspace.com/tvpersonalities


samedi 11 octobre 2008

Beautiful sound

Concert très chaleureux et tout à fait réjouissant de Bodies of Water, hier à la Maroquinerie (remplie au tiers). Le public était enthousiaste (pour une fois, l'annonce du dernier morceau du concert a provoqué une clameur, et non pas un "oooooooh" poli), et la chanteuse visiblement émue d'être à Paris, à tel point que des frissons incontrôlés la parcourait à chaque évocation de la ville (les mêmes que ceux ressentis lorsqu'elle postait les albums du groupe commandés en ligne à destination de la France). Comme sur album, la réussite de la soirée tient à l'implication totale et partagée des membres du groupe, placés tous les quatre sur la même ligne. L'impression visuelle était belle.


[Crédit Photo : Robert gil]


I heard it sound from the valleys low
I heard it from mountaintops covered in snow
I heard it rise from the oceans deep
I heard it echo off canyon walls steep

What'd you hear?
A beautiful sound
How'd it sound?
It sounded like this

(Beautiful sound)

As it echoed in my ears
My face glistened damp with the sheen of my tears
As I drew near to your side
I knew it was useless to flee or to hide

There is a sound ringing out day and night
It fills up each shadow on earth with its light
I felt the sound fill my innards and limbs
I felt it watching me think from within

What'd it see?
Desire split in thirds
How'd it feel?
The strain was immense

These are the times that test all our bonds
Our mutual will is all twisted and stretched
But still the sound, the notes and the chords
Reside in our chests where they've been deeply etched

My soul and spirit are apart
My bones and my marrow, divided as well
And what the eye that sees me sees
Are pieces of body and fractions of self

What'd you hear?
How'd it sound?

Bodies of Water - I heard it sound
Ears will Pop & Eyes will blink (autoproduit, 2007)
www.bodiesofwater.net

jeudi 2 octobre 2008

l'attrape-coeurs

J'étais vachement en avance au rendez-vous, aussi je me suis assis sur une de ces banquettes de cuir près de l'horloge dans le hall, et j'ai regardé les filles. Pour beaucoup de collèges les vacances avaient déjà commencé. Il y avait bien un million de filles, assises ou debout, ici et là, qui attendaient que leur copain se pointe. Filles croisant les jambes, filles croisant pas les jambes, filles avec des jambes du tonnerre, filles avec des jambes mochetingues, filles qui donnaient l'impression d'être extra, filles qui donnaient l'impression que si on les fréquentait ce seraient de vraies salopes. C'était comme un chouette lèche-vitrine, si vous voyez ce que je veux dire. En un sens c'était aussi un peu triste, parce qu'on ne pouvait s'empêcher de se demander ce qui leur arriverait, à toutes ces filles. Lorsqu'elles sortiraient du collège, je veux dire. On pouvait être sûr que la plupart se marieraient avec des mecs complètement abrutis. Des mecs qu'arrêtent pas de raconter combien leur foutue voiture fait de miles au gallon. Des mecs qui se vexent comme des mômes si on leur en met plein les narines au golf, ou même à un jeu stupide comme le ping-pong. Des mecs terriblement radins. Des mecs qui ne lisent jamais un bouquin. Des mecs super casse-pieds. Je comprends pas les mecs casse-pieds. Non, vraiment pas. Quand j'étais à Ekton Hills, j'ai partagé une piaule pendant deux mois avec un gars qui s'appelait Harris Macklin. Il était très intelligent et tout, mais c'était un des pires casse-pieds que j'aie jamais rencontrés. Il avait une de ces voix râpeuses, et pratiquement il arrêtait jamais de parler. Et le plus terrible, c'est qu'il disait jamais rien qu'on aurait eu envie d'entendre. Mais il y avait une chose qu'il pouvait faire. Il pouvait siffler mieux que n'importe qui, le salaud. Il était, disons, en train de retaper son lit, ou de ranger des trucs dans la penderie - il avait toujours des trucs à pendre, ca me rendait dingue - et alors il sifflait, du moins quand il parlait pas de sa drôle de voix râpeuse. Il pouvait même siffler du classique, mais la plupart du temps il sifflait du jazz. Il prenait quelquechose de très jazz, comme Tom Roof Blues et il le sifflait si bien, si tranquillement, tout en accrochant ses affaires, que franchement, ça vous tuait. Naturellement, je lui ai jamais dit que je trouvais qu'il sifflait vraiment au poil. On va pas déclarer comme ça a quelqu'un "Tu siffles vraiment au poil". Mais je suis resté avec lui pendant à peu près deux mois, quand même il était casse-pieds, juste parce qu'il sifflait vraiment au poil. Mieux que n'importe qui que j'aie jamais entendu. Donc, les casse-pieds, je peux pas en parler. Peut-être qu'on devrait pas tellement se tracasser si on voit une fille sensas' qu'en épouse un. La plupart font de mal à personne. Et peut-être que secrètement ils sifflent tous vraiment au poil ou quoi. Qui sait? Pas moi.

Finalement, voilà que la môme Sally montait les marches, et je les ai descendues pour aller à sa rencontre. elle était vachement chouette. Sans blague. Elle avait un manteau noir et une sorte de béret noir. Elle portait presque jamais de coiffure mais ce béret, c'était vraiment joli. Le plus drôle c'est que dès l'instant où je l'ai vue j'ai eu envie de me marier avec elle. Je suis dingue. Je la trouvais même pas tellement sympa et tout d'un coup je me sentais amoureux et je voulais qu'on se marie. Je vous jure, je suis dingue, faut le reconnaître.


J.D. Salinger - L'attrape coeurs, 1986
Lu par Thomas Fersen dans Fantaisie Littéraire (éditions le bec en l'air, 2008), ouvrage regroupant des collaborations entre écrivains et chanteurs, nées à l'occasion du festival Les correspondances de Manosque

dimanche 28 septembre 2008

écho

Voici une nouvelle illustration de la "théorie de l'écho". J'étais ce matin en train de préparer un article pour ce blog, en me souvenant avoir vu à Beaubourg il y a quelques temps la photo dont s'était servi Morrissey pour illustrer les vol. I & II du best of de the Smiths. Il s'agit d'une photo par l'acteur / réalisateur (et donc photographe) américain Dennis Hopper (Easy rider...).

[1960 : Biker Couple / Dennis Hopper]

Et j'apprends cet après-midi même que la cinémathèque prépare une rétrospective ET une exposition consacrée à ce "génial touche-à-tout"
(ça n'est pas moi qui le dis, mais la périphrase tombe à pic).
Voilà qui vient une fois de plus appuyer la véracité de cette théorie.


mardi 23 septembre 2008

Don't make me a Target

En ce moment, là, je ne sais pas pourquoi, mais je n'ai envie d'écouter que de l'indie rock... des guitares, des refrains, même basiques, pourvu que ce soit bien fait, avec une mélodie bien sentie, et avec tout de même un 'grain' et quelques aspérités (càd plutôt nord-américain, quoi).
Pas de lyrics aujourd'hui, mais un "post" finalement très Web 2.0, avec une vidéo autour d'une chanson parfaitement addictive de Spoon. Je l'ai croisée sur le blog d'Oh no! Oh my! et n'arrive depuis pas à m'en défaire...



Spoon
- Don't make me a Target
Ga Ga Ga Ga (Merge)
www.myspace.com/spoon

dimanche 21 septembre 2008

Remué

Une chanson 'inquiète' de Dominique A au sujet de la paternité, dans le plus sombre de ses albums : Remué. Niveau écriture, je trouve l'emploi de la première personne du pluriel dans la bouche d'un "fils" particulièrement habile

Nos pères ont pris sur eux après notre arrivée
Même s'ils s'en défendaient, même s'ils acceptaient
Ils nous ont vu finir à leur place le repas
Certains ont su en rire d'autres n'y arrivaient pas

Nos pères nous en voulaient, même ceux qui ne voulaient pas
Nous rendre responsables et même ceux qui pensaient
Après coup qu'ils avaient longtemps voulu qu'on soit
Un jour à cette table à finir le repas

Leurs femmes nous trimballaient, nous crochetaient le bras
Clignant des yeux d'amour pour qu'on ne les oublies pas
Comme si c'était possible d'oublier ces yeux-là
Ces lèvres au bord du vide qui s'écrasaient sur nous

Ces lèvres que nos pères n'atteignaient que de loin
Depuis qu'on était là, depuis qu'on faisait tou
Pour leur prendre une à une les choses de la main
Avec cet alibi de n'y rien voir du tout

Nos pères n'ont jamais su nous détester vraiment
Attachés par amour à tout nous pardonner
Et même quand c'était trop, qu'on était trop présent
Ils ne luttaient pas trop avant de s'effacer

Et à tant s'effacer nos pères ont disparu
Et quand on a compris on a regardé la terre
Qui ne recracherait rien, on a regardé nos mères
Qu'on n'avait jamais vues si éloignées de nous
On les a regardées peinant à évoquer
Ces hommes tels qu'ils étaient avant notre arrivée
Avant qu'ils ne s'assoient pour mieux nous reconnaître
Pour bien nous regarder avant de disparaîte

Dominique A - Je suis une ville
Remué (Lithium, 1998)
www.myspace.com/dominiquea

samedi 13 septembre 2008

La honte

J'avais déjà vu Mendelson à deux reprises cette année, il n'empêche que le concert d'hier au Point FMR fut un très bon moment. C'était "Mendelson & Friends", soit au final une formation guitare, guitare, batterie, trombone + projections vidéos. Le concert a débuté à 22h et des brouettes, histoire sans doute de laisser le temps aux spectateurs de Tortoise de rallier le canal St Martin... Courte intro cuivrée, puis petit speech de Pascal Bouaziz, en mode pince-sans-rire: vraiment drôle. Avant que ça commence pour de vrai, il lance un salut au public, "qui ne doit pas aller très bien, puisqu'il écoute Mendelson".
Je retiens les versions de Pinto, Monsieur, Bientôt niveau zéro, Le monde disparaît, l'ardêche, et La honte (morceau sur le thème de la 'transmission' d'un père à son fils, dont je reproduis ici les paroles).

Si tout se passe bien, vous pourrez écouter tout ça à la radio.


La honte, ça vous possède plus que l'odeur sous vos aisselles, y a pas de traitement pour ça, y a pas de remède, y a pas de déodorant. Quand ma femme m'a quitté, que je lui ai demandé un peu d'argent, mon père m'a dit qu'il était tellement désolé, mais qu'il pourrait pas, même en le voulant. Ma mère a fait du café, je la voyais remuer la tête, parler toute seule dans la cuisine, depuis l'ombre dans l'entrée. Je suis resté dormir pendant un an. La bohème... c'est joli comme mot. Il y a d'autres mots moins poésie. La honte, elle est là tout le temps, elle est même là pendant le sommeil, elle est là sans qu'on y pense, même, elle est là même en jouissant. Même en jouissant. Et je vois mon fils maintenant et je sais qu'il sera pareil. Il me regarde comme si c'était sa faute, comme si quelque part il était responsable comme si c'était vraiment pas de veine pour nous qu'il soit là à table. Je le vois qu'il a honte de lui-même, et je le vois qu'il a honte pour sa mère, et je le vois qu'il a honte pour moi, mais ça a jamais servi a personne que je le vois. Quand je viens les voir les dimanches, sa mère lui dit de reprendre, il dit qu'il n'a plus faim, je reprends une bière, elle fume, il essaye de sourire à sa maman, il quitte plus la table, il ose rien. On reste là lui, elle et moi, on voit la nuit qui tombe entre temps sur les restes du repas. Je leur dis qu'il faut me faire confiance, comme ça pour voir dans le silence si à force je me croirais moi-même. Je le regarde et je vois qu'il a confiance et ça me tue qu'il ait confiance en moi. Je le vois bien que c'est mon fils, je le vois bien que je suis pas fier; je le regarde en biais et je me dis que j'ai jamais aimé les dimanches, et les lundis non plus et pas non plus moi-même, et pas plus les jours d'hiver et pas plus le printemps.

Mendelson - La honte
Personne ne le fera pour nous (Rec Son, 2007)
www.myspace.com/mendelsonlegroupe

jeudi 4 septembre 2008

Don't you think sometimes it's just as bad for me?

Dan Treacy, de Television Personalities, est un de ces songwriters dont on s'inquiète à tout instant de la santé morale et physique. Qu'il soit en tournée (qu'il finit de toute façon par annuler) ou qu'il disparaisse longuement entre deux albums.
Ses textes (souvent à la 1ère ou 2ème personne) et sa musique laissent transparaître une certaine vulnérabilité.
On y reviendra, d'autant que ce groupe reste méconnu.



I'm a danger to myself
And I won't deny it's true
And in the stillness of the night
I feel so troubled through and through
And I know I have to change
But it's easier said than done
And after all nobody said that life had to be fun

But if I close my mind
To the world outside
But I can't close my mind
To the pain inside
But if I close my mind
I can close my eyes
To all the pain I feel

But I'm a stranger to myself
And to the ones that I hold dear
And I feel so helpless every time I fall
And I know you find it hard
Trying to get inside my head
Don't you think sometimes
It's just as bad for me
'Cause I'm a stranger to myself and I always will be
I'm a danger to myself
I'm a stranger to myself


the Television Personalities - Stranger to myself
I was a mod before you was a mod (Overground, 1995)
www.myspace.com/tvpersonalities

lundi 1 septembre 2008

Top Tape

J'ai fini le flyer de mon émission ! Le voici :

Top Tape, c'est la mixtape indie pop multifacette : L'esprit sera celui de ces compiles K7 ou CD qu'il nous est tous arrivé de faire pour des ami(e)s, plus ou moins régulièrement.
Cette fois, ce sera régulier, c'est sûr : l'émission est bimensuelle, et sera diffusée le Samedi à 19h sur Radio Campus Paris, la plupart du temps en direct (sauf week-ends à Genève ou autre...). D'une durée de 60minutes, elle sera facilement transportable, et c'est bien le but.
La sélection laissera la part belle à l'import, aux (re)découvertes, aux tubes attendus, et finalement assez peu à ma voix. L'actu des bacs n'y dictera pas la playlist, ouf.

Que dire d'autre? J'espère ce sera bien. Première émission, le 27 septembre !

jeudi 21 août 2008

les ailes des poètes

Lecture (f)estival(ièr)e par excellence, le Dictionnaire superflu (à l'usage de l'élite et des bien nantis) de Desproges . Extrait.

[Exemple d'autotorture : la génuflexion]


Torture: Nom commun, trop commun, féminin, mais ce n'est pas de ma faute. Du latin tortura, action de tordre. Bien plus que le costume trois-pièces ou la pince à vélo, c'est la pratique de la torture qui permet de distinguer à coup sûr l'homme de la bête. L'homme est en effet le seul mammifère suffisamment évolué pour penser à enfoncer des tisonniers dans l'oeil d'un lieutenant de vaisseau dans le seul but de lui faire avouer l'âge du capitaine.


La torture remonte à la nuit des temps. [...] Mais il fallut attendre l'avénement du christrianisme pour que la pratique de la torture atteigne un degré de raffinement enfin digne de notre civilisation. Avant cet âge d'or, en effet, la plupart des supplices, en Haute-Egypte et jusqu'à Athens, relevaient hélas de la plus navrante vulgarité [...] Pour en revenir aux chrétiens, on n'oubliera pas qu'après avoir été, sous les Romains, les premières victimes de la torture civilisée, ils en devinrent les plus sinistres bourreaux pendant l'Incquisition. Aujourd'hui encore, quand on fait l'inventaire des ustensiles de cuisine que les balaises du Jésus'fan Club n'hésitaient pas à enfoncer sous les ongles des hérétiques, ce n'est pas sans une légitime appréhension qu'on va chez sa manucure.


Aux portes de l'an 2000, l'usage de la torture en tant qu'instrument de gouvernement se porte encore bien, merci. Même si, sous nos climats, elle a tendance à tomber en désuétude. Pour citer un pays occidental, au hasard, nous sommes en mesure d'affirmer qu'à Monaco, par exemple, le nombre de bourreaux par habitant est actuellement de zéro pour mile. D'ailleurs, on voit mal quelles raisons pourraient pousser un croupier à empaler un milliardaire. Hélas, quand on s'écarte un peu plus de l'Hexagone, que ce soit vers l'ouest, vers l'est ou vers le sud, on rencontre encore, dans des contrées exotiques pourtant ouvertes au progrès, à trois pas de la piscine du Hilton, ou dans les steppes démocratiques les plus populaires, des empêcheurs de penser en rond qui cognent et qui charcutent, qui enferment et qui massacrent, qui souillent et qui avilissent, et même - ah, les cons ! - qui arrachent les ailes des poètes au nom de l'avenir de l'homme.

Pierre Desproges - Dictionnaire superflu à l'usage de l'élite et des bien nantis (1985)

mardi 19 août 2008

Down by the Water

Nouvel épisode de la série (participative) 'Crossed Covers':

Délaissons la forêt dans laquelle nous étions précédemment pour gagner les paisibles berges du cours d'eau le plus proche. Deux visions : celle de Rio en Medio, en muse Botticellienne au milieu d'une nature opulente, et l'autre, très graphique, illustration du DJ Kicks d'Annie.




On se laisserait presque porter par les eaux... En glissant doucement de vie à trépas, on rejoint naturellement le mythe d'Ophélie, sujet de tant de peintures au XIXème siècle.



C'était en 1996, Nick Cave publiait son 9ème album studio (Murder Ballads), était encore avec Kylie Minogue, et chantait avec elle 'Where the wild roses grow'.



Rio en Medio, the Bride of Dynamite (Gnomosong, 2007)
Annie, DJ Kicks (!K7, 2005)
PJ Harvey - To bring you my love (Island, 1995)
PJ Harvey - Is this Desire (Island, 2000)
Nick Cave & the bad seeds, Murder Ballads (Mute, 1996)
Paul Delaroche, la jeune martyre (1855)

[Edit: évidemment:]

Alexandre Chatelard, l'Homme et la Femme EP
(Ekler'o'shock, 2010)