dimanche 21 septembre 2008

Remué

Une chanson 'inquiète' de Dominique A au sujet de la paternité, dans le plus sombre de ses albums : Remué. Niveau écriture, je trouve l'emploi de la première personne du pluriel dans la bouche d'un "fils" particulièrement habile

Nos pères ont pris sur eux après notre arrivée
Même s'ils s'en défendaient, même s'ils acceptaient
Ils nous ont vu finir à leur place le repas
Certains ont su en rire d'autres n'y arrivaient pas

Nos pères nous en voulaient, même ceux qui ne voulaient pas
Nous rendre responsables et même ceux qui pensaient
Après coup qu'ils avaient longtemps voulu qu'on soit
Un jour à cette table à finir le repas

Leurs femmes nous trimballaient, nous crochetaient le bras
Clignant des yeux d'amour pour qu'on ne les oublies pas
Comme si c'était possible d'oublier ces yeux-là
Ces lèvres au bord du vide qui s'écrasaient sur nous

Ces lèvres que nos pères n'atteignaient que de loin
Depuis qu'on était là, depuis qu'on faisait tou
Pour leur prendre une à une les choses de la main
Avec cet alibi de n'y rien voir du tout

Nos pères n'ont jamais su nous détester vraiment
Attachés par amour à tout nous pardonner
Et même quand c'était trop, qu'on était trop présent
Ils ne luttaient pas trop avant de s'effacer

Et à tant s'effacer nos pères ont disparu
Et quand on a compris on a regardé la terre
Qui ne recracherait rien, on a regardé nos mères
Qu'on n'avait jamais vues si éloignées de nous
On les a regardées peinant à évoquer
Ces hommes tels qu'ils étaient avant notre arrivée
Avant qu'ils ne s'assoient pour mieux nous reconnaître
Pour bien nous regarder avant de disparaîte

Dominique A - Je suis une ville
Remué (Lithium, 1998)
www.myspace.com/dominiquea

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire