jeudi 8 juillet 2010

Une liberté mortelle, une mort libératrice

A la faveur d'un vide grenier, j'ai enfin pu mettre la main sur "Politique Etrangère" de Lewis Trondheim et Jochen gerner, que j'avais feuilleté puis offert quelques années auparavant.

Une BD qui raconte l'arrivée d'un étranger dans un royaume, dirigé de manière très autoritaire. Qu'adviendra-t-il de l'étranger? Comment sera-t-il puni de son intrusion, forcément répréhensible?
L'histoire se décline en scènettes de quatre vignettes, chacune pourvue d'une chute pince sans rire, le plus souvent absurde.



Extraits (sans dessin, oui, mais ça ne vous étonnera pas venant de ce blog):


Le Roi, croisant Dieu:

- Ah... Dieu... vous tombez bien. J'ai une question à vous poser.
- Bien bien... Mais avant de vous répondre, je vais vérifier si vous vous êtes bien réabonné à ma religion cette année. Mm.. Oui, parfait. Alors adressez votre requête au plafond et écoutez votre coeur répondre.
(au plafond)
- Est-ce utile que je me réabonne l'année prochaine?



ou encore, l'étranger, s'adressant au Roi:

- Qu'allez-vous faire de moi, majesté? Je sais que mon destin est entre vos mains.
- Mm... J'étudie un vaste plan de possibilités qui vont de la mort définitive à la liberté absolue
- Le choix est large effectivement. Certains disent qu'à travers la mort on atteint une forme de liberté, mais également que trop de liberté tue la liberté. Une liberté mortelle... une mort libératrice...
- Merci de ne plus m'aider


Politique Etrangère, Lewis Trondheim + Jochen gerner
(L'association, 2000)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire