mercredi 4 juillet 2018

La meute en été

Bientôt les vacances... Que les "locaux" se tiennent prêts.


Je vis dans un désert d'hiver
Infesté de monde l'été
Je vais sur le sentier désert
Autour du lac abandonné

Les pédalos sont recouverts
de bâches aux teintes délavées
J'entends le souffle de la pierre
Et au loin les cloches sonner

Je vis dans un désert d'hiver
Nous sommes quelques uns à l'année
Dans le village disséminés
Chacun sa réserve de fiel
Ça fait des nuées d'étincelles
D'un bout à l'autre du village
Des câbles de haine haut-voltage
Entre les maison occupées

Je vis dans un désert d'hiver
Il y a une femme que j'ai aimée
Elle vit à cent mètres de moi
Elle voudrait qu'on parle moins bas
Elle est seule et le restera
Et moi aussi c'est à hurler
Pourtant chaque fois qu'on se voit
Les mots avancent à pas feutrés

Les mots de trop passent les années
On a cimenté les querelles
On se prosterne devant elles
Leur cierge est toujours allumé
Combien d'offrandes et de prières
Pour qu'un jour tout vole en éclat ?
Mais nous vivons de nos colères
Mieux vaut que tout reste en l'état

À la lumière des réverbères
Le bleu nuit du lac entamé
J'observe les grains de poussière
Phosphorescents sur le sentier
Plus tard il faudra travailler
Relever tous les parasols
Ventre noués, rumeur d'école
Au son de la meute en été

Je vis dans un désert d'hiver

Dominique A - désert d'hiver
Toute latitude (Cinq7, 2018)

Dans un post facebook, Dominique A introduisait ce morceau ainsi :

Désert d'hiver, ou : des bienfaits d'un court séjour dans un village « Pierre et Vacances » en hiver. La chanson a déboulé aussitôt, comme une extension du décor dans lequel je me trouvais.

(Pour retrouver un décor similaire, lire également : "Lune captive dans un œil mort" de Pascal Garnier)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire