samedi 6 janvier 2018

Tout a fini en "barbecue"

Dans l’incendie d’un immeuble du 15ème arrondissement de Paris, la police découvre le corps carbonisé d’une escort girl. Puis le cadavre d’une autre femme dans la cave d’un squat. Qui les a tuées ? Et pourquoi ?

Récit d'une sombre histoire à découvrir dans Le Monde (pour les abonnés), feat. une malheureuse prostituée, une maquerelle meurtrière, et trois compères : "l'Escroc", "Basic" et "Le Kabile" aka "Kaka" aka "Bilka le Feu"...

Certaines de leurs connaissances se racontent l'histoire au téléphone.
Tarantino ou Guy Ritchie ne sont pas loin.

— Vas-y ma gueule, dans la veca [*] du bendo [*]…
— Ouais ?
— Y a un murder…
— Mais non ? C’est la même story ?
— Wallah, en fait y en avait pas une, y en avait deux.
— Le Coran, il est con !
— Non mais là, c’est une dinguerie intergalactique. Il est parti faire le nettoyeur pour une racli [*].
— Pour une racli ?
— Ouais… Et la racli, ils l’ont uét [*] après.
— Qui l’ont uét ?
— En fait, la racli qui les a envoyés pour faire le nettoyage, là… eh bah, elle les a payés, et après, vas-y, ils ont fumé la racli. (...) Il a explosé l'appart, wesh. Il s'est cramé au deuxième degré les jambes…
— Lui, Kaka, y avait quelqu'un qui voulait le tuer ?
— Mais non ! Il est parti… Regarde, en fait, y avait une meuf, une racli, elle a fumé une autre meuf, t’as capté ?
— Ouais.
— Dans le zequin [*]. Elle a pété Kaka, elle lui a dit : “Vas-y, nettoie-moi ça, faut pas que je me fasse tacler.” T’as capté ? Il est parti là-bas pour faire le nettoyeur, M. Propre, il a fait un barbeuc là-bas, ça a explosé, ça a fait retour de flammes sur lui. »


Soren Seelow, Les flammes fatales de la rue Fondary
publié dans Le Monde
http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/01/05/les-flammes-fatales-de-la-rue-fondary_5237762_1653578.html

- - -
Lexique :
"veca" : cave
"bendo" = squat
"racli" : femme
"uét" = tué
"zequin" = XVème arrondissement

Aucun commentaire:

Publier un commentaire